Analyse des scories

Print Print
Print


Nous avons mis en place mis en place d’un laboratoire de campagne afin de traiter un grand nombre d’échantillons de scories, limitant le déplacement du mobilier archéologique. Nous en étudions les éléments principaux ainsi que les éléments traces par l’intermédiaire d’une fluorescence X portable Elle s’accompagne d’une bouteille d’hélium permettant de doser les éléments légers. Toutes les scories sélectionnées sont découpées à l’aide d’une disqueuse, puis lavées à l’eau. Les parties empêchant la planéité sont enlevées mécaniquement .La scorie est enfin poncer à la main avec du papier de verre de grain 60 afin d’obtenir une surface plane. Un second lavage à l’éthanol est ensuite effectué avant de procéder à l’analyse. Le traitement des analyses se fait au travers d’une approche statistique multivariée. L’ensemble des ferriers (les deux de la mouline et celui du castrum) a été traité de cette manière réunissant plus de 800 analyses.
Cette approche a permis de noter une variation diachronique de la composition chimique des scories principalement en calcium. A cette évolution s’ajoute une variation correspondant aux éléments Ti, Sr et Mn qui pourrait être représentative d’un changement dans la composition du minera. Les analyses des compositions chimiques des scories montrent que le système de réduction change de manière significative au XVe siècle. Est-ce la marque du passage à la soufflerie hydraulique sur le site ?
Fluorescence X
Fluorescence X