Minéralisation

Print Print
Print
Si des indices géologiques peuvent être trouvés aux abords des mines, ils demeurent rares et n’aident que partiellement à comprendre la nature du minerai qui a été exploité par les anciens mineurs. En revanche, au cours de la fouille, nous avons pu réunir un panel représentatif des minerais recherchés.

Il est évident que l’un des minerais principaux de ces gîtes est la galène. Pourtant la découverte en 2008 d’un morceau de cuivre gris, c’est-à-dire un minerai de cuivre à forte teneur en argent (14 à 18% mass dans ce cas), a grandement suscité notre intérêt pour une réévaluation des minerais effectivement traités à Castel-Minier. La question est importante puisqu’elle permet d’éclairer sous un autre jour le conflit opposant les différents propriétaires de la mine entre 1310 et 1347 et aboutissant à la mise sous séquestre de la mine en juillet 1349. Elle implique également d’autres chaines de production pour produire argent, plomb et cuivre.

Rappelons qu’en suivant les données issues des recherches géologiques, les mines de la vallée du Garbet sont d’abord des mines de galène argentifère. Un seul auteur, De Dietrich, caractérise plusieurs mines de cuivre dans cette zone. Malheureusement, la référence est assez ancienne (fin du XVIIIe s.).

En mine, nous avons bien sûr détecté des indices de présence de cuivre mais nous ne pouvons pas aller au-delà de cette constatation. Ces indices se trouvent dans le réseau des Ouels au niveau du travers-banc 0 dans une partie ouverte au XIXe s. et dans le réseau Lauqueille. Aucune ne prend place dans un espace minier médiéval. En revanche, sur la fouille de Castel-Minier, nous avons mis au jour des échantillons bien tangibles de cuivre gris, de chalcopyrite et de carbonates de cuivre. Actuellement, 22 unités stratigraphiques datées du XIVe s. et 7 datées du XVe s. recèlent des échantillons de galène. Il s’agit principalement de minerai en rejet car jugé trop pauvre. Ces morceaux sont pourtant porteurs d’information quant aux natures de la gangue et de l’encaissant où ils se trouvaient au moment de leur extraction.

Parallèlement, les morceaux que l’on peut qualifier de perdus renseigneront sur la teneur en argent des veines exploitées.




Galène et Cuivre gris
Galène et Cuivre gris


Galène
Galène


Galène des Ouels
Galène des Ouels

Galène des argentières
Galène des argentières

Cuivre gris et galène
Cuivre gris et galène

Pyrite, chalcopyrite et galène
Pyrite, chalcopyrite et galène